• chapitre trois // extrait quatre

    — Il y a deux semaines, le lendemain de la fête d'Halloween, je me suis rendue à la bibliothèque pour faire des recherches pour un exposé sur les forces mystiques. J’ai passé des heures à feuilleter les bouquins sans rien trouver. Alors que j’étais sur le point de rentrer chez moi, quelqu’un m’a interpellé. C'était Déméthys. Elle avait renversé une pile énorme de livres et elle n’arrivait pas à tous les ramasser.  Je l’ai donc aidée et nous avons commencé à discuter toutes les deux sur des poufs autour d’une table recouverte d’ouvrages sur la botanique et les animaux. C’est comme ça que notre rencontre s’est déroulée. Par la suite nous nous sommes rendues compte que nous étions dans le même lycée. Nous n'avions aucun cours en commun mais nous profitions des intercours pour discuter. A cette période-là, tu ne parlais plus beaucoup Ulysse, tu t’étais isolée, même de moi ! Alors je me suis rapprochée de Dém’ quand tu n’étais pas là... Au fil du temps, nous nous sommes rapprochées, j’ai passé des pauses déjeuner avec elle et puis...  

    — Et puis quoi ? Lui demandé-je 

    — Et elle m’a parlé du club et de tout ce qu’il y a autour.. Prononce Déméthys soudainement.   

    Je les fixe l’une après l’autre sans comprendre ce qu’elles essaient de m’avouer. Elles sont gênées pour une raison qui m’échappe.  

    — Ulysse je lui ai raconté nos rêves. Déclare Hélia, le regard dirigé vers le sol, n’osant plus me regarder. Je sais que tu ne veux pas en parler aux gens mais Déméthys nous comprend je te l’assure.  

    Mes poumons se bloquent, je n’arrive plus à respirer tout à coup. Je n’arrive pas à le croire. Comment a-t-elle pu me faire une chose pareille ? Je sais que cette histoire est idiote, que nos rêves sont peut-être une illusion en laquelle nous aimons croire telles deux enfants naïves mais cela représente tellement pour nous. Hélia le sait, elle sait tout de moi et elle vient délibérément de donner cette particularité à une inconnue que je ne connais pas ! Je ne peux pas rester là, je sens la chaleur monter à mes joues, je sens mes muscles se raidir, je ne veux pas refaire les mêmes erreurs, je ne veux pas retourner à l’hôpital, je ne veux pas la blesser. Non, non, non ! Je commence à trembler, je fixe les murs de la cafétéria, je ne peux pas poser les yeux sur elle, impossible. Contrôle toi Ulysse ! J’essaie de prendre mon sac calmement mais mon bras ne m’écoute pas, je le brandis violemment. Je me lève brusquement de ma chaise provoquant un bruit beaucoup trop fort et je me précipite vers la porte menant à la cour arrière. Tout le monde me regarde, je ne me retourne même pas lorsque Hélia hurle dans mon dos, me demandant de l’attendre. Je m’en vais car ma colère ne va pas tarder à me consumer et je ne veux pas que mon amie me voie comme ça ! Les larmes commençaient tout juste à s’échapper de mes yeux lorsque je percute un élève en sortant de cet enfer. Je ne prends pas le temps de m’excuser et continue de marcher. Cependant, la personne me prend par le bras et me tire vers elle.  

    — Tu pourrais t’excuser s’il te plait ? Me dit-il 

    Il s’agit d’un grand blond aux cheveux ébouriffés portant un bonnet bordeaux et des lunettes. Ses sourcils épais et plus foncés renforcent son air contrarié. Je sens une forte pression autour de mon avant-bras, il a de la force. Je n’ai pas le temps de me battre avec lui. Je commence à ouvrir la bouche pour lâcher une insulte prise au hasard dans ma tête mais il se met à rire. Il lâche mon bras et me regarde en souriant.  

    — Tu verrais ta tête ! Dit-il toujours en se marrant. T’inquiète-je plaisantais. Bon, salut madame malpolie !  

    Je le regarde s’éloigner, agitant sa main au-dessus de sa tête pour me dire au revoir. Ce garçon me laissa bouche bée, je n’ai absolument pas compris sa blague... Pourtant, au fond de moi, cela m’a permis de m’apaiser.  

    Je passe la suite de la journée à me demander si je ne devrais pas rester un peu seule, quelques jours ou semaines, sans Hélia. C’est vrai qu’elle est importante à mes yeux mais je ne peux pas me reposer que sur une seule personne. Il faut que je profite de cette pause pour me retrouver avec des visages nouveaux. Je redresse la tête soudainement. Mais oui ! Je pourrais tenter de retrouver cet étrange garçon de tout à l’heure, il avait l’air sympa ! En plus, j’ai remarqué qu’il portait des vêtements de skate, chose que j’ai toujours voulu tester. Je me lève de mon siège et je me mets à déambuler dans le lycée. C’est la pause, la plupart des élèves sont maintenant dans le hall d’entrée. En poussant la porte d’entrée je l’aperçois assis sur l’une des tables en béton fixées au sol située sur la petite mezzanine surplombant la gigantesque pièce aux couleurs du lycée, rouge et blanche. Il est entouré d’un groupe de personnes, toutes très différentes. Il y a une fille aux cheveux multicolores, des gothiques, d’autres skateurs... Je me sens ridiculement anodine à côté d'eux, sans personnalité ni style. Mais bon, je tente tout de même le coup. Je fais quelques pas pour m’assoir sur un siège tout près du blondinet. Je les écoute discuter tout en faisant mine de chercher quelque chose dans mon sac.  

    — Arrête de raconter des conneries, on sait tous qu’Hermione craque sur Harry dans ce film ! S'exclame la fille aux cheveux colorés.  

    — N’importe quoi... soupire l’un des garçons. Tu ne crois pas que l’amitié homme-femme existe toi ?  

    Ils se mettent tous à rigoler. Décidément je ne comprends rien à l’humour... 


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Août à 23:55

    Tu comptes publier le chapitre suivant quand? J'ai trop hâte de lire la suite :D

      • Vendredi 17 Août à 23:57

        Je ne sais pas du tout, en fait je publie au fur et à mesure ! Donc pour le moment je n'ai rien écrit de plus ^^ Sinon je suis super contente d'avoir une lectrice fidèle haha. Peut-être demain vu que j'ai pas mal d'inspiration en ce moment ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :